Aller au contenu principal
Dans l’intimité d’Albert Lebrun, dernier président de la IIIe République

Dans l’intimité d’Albert Lebrun, dernier président de la IIIe République

Une collection d’archives familiales d’Albert Lebrun vient enrichir les fonds de l’INA. Des images inédites qui retracent la vie intime et politique de l’homme d’Etat. Nous avons rencontré son arrière-petit-fils, le préfet Eric Freysselinard, qui a confié ces précieuses archives à l’institut. Entretien.

Propos recueillis par Benoît Dusanter. - Publié le 04.07.2022

Le futur roi du Maroc Hassan II dans les images de famille du président Albert Lebrun. Crédit : INA.

Dernier président de la IIIe République, Albert Lebrun refait surface. Des documents d’une grande valeur historique ont été transmis à l’INA par le préfet Eric Freysselinard. Ce dernier est le petit-fils du réalisateur et producteur des images Jean Freysselinard, qui fut le gendre d'Albert Lebrun. Ces films muets ont été tournés à l’aide d’une caméra Pathé Baby,  système de cinéma amateur grand public lancé en 1922. Ils montrent majoritairement des scènes de vie à Mercy-le-Haut, la maison familiale des Lebrun en Lorraine.

On retrouve aussi des images tournées à l’Elysée ou d’autres résidences présidentielles comme le château de Vizille en Isère. Une séquence a également été tournée en 1932 avec le futur roi du Maroc Hassan II, alors âgé de trois ans, s’amusant avec une voiture à pédales dans les jardins du château de Rambouillet. Au total, 25 documents (20 films amateurs et 5 films officiels issus des journaux d’actualités édités par Pathé) composent cette collection patrimoniale. Eric Freysselinard nous raconte sa passion pour son histoire familiale.


INA - Quels rapports entretenez-vous avec l’histoire de votre aïeul ?

Eric Freysselinard. C’est un sujet qui m’a toujours passionné. Avoir un président dans sa famille, ce n’est pas commun. A l’école primaire on m’appelait « Mr Le Président ». J’ai découvert il y a une vingtaine d’années le journal de mon arrière-grand-mère, Marguerite Lebrun, épouse d’Albert Lebrun, que mes cousins lorrains avaient gardé. Un journal qu’elle a écrit de ses douze ans jusqu’à sa mort. J’ai alors compris que j’avais le matériau pour écrire une biographie d’Albert Lebrun. Je l’ai fait paraître en 2013. Le point de départ, c’est donc mon arrière-grand-mère. J’ai publié par la suite des extraits de ce journal dans deux autres ouvrages : le « Journal de guerre de Marguerite Lebrun, épouse du dernier président de la IIIe République », qui s’étend sur la période allant du Pacte Germano-Soviétique au 10 juillet 1940. Puis « Comment la IIIe République a sombré », qui évoque la Résistance et les répressions dans le Dauphiné, puisqu’elle a vécu près de Grenoble pendant la guerre.

INA - Comment avez-vous eu accès aux archives d’Albert Lebrun ?

E.F. J’avais pour projet de réaliser un documentaire sur la période de juin 1940. Un de mes oncle m’avait parlé de bobines qu’il conservait. J’ai contacté l’INA pour savoir s’ils étaient intéressés. Le volume étant trop important, nous avons sélectionné ce qui nous semblait le plus intéressant dans un premier temps. Cela représente une quarantaine de minutes de ces films. J’espère pouvoir numériser le reste.

INA - Quelles images vous ont particulièrement interpellé ?

E.F. Pour moi ces images sont très émouvantes. Il y a par exemple cette archive qui montre Hassan II enfant. C’est une histoire qui a marqué ma famille. Ma tante que l’on voit sur les images, avait été offusquée qu’Hassan II lui demande de pousser sa petite voiture. C’est amusant ce choc des cultures et de personnalités. Un autre film montre Albert Lebrun faire de la barque à Rambouillet. On le voit souriant et jovial alors qu’il était plutôt austère et sérieux. On le voit aussi danser avec des enfants pendant des vacances. Toutes ces images que j’ai partagées avec mes cousins sont très précieuses. C’est l’entrelacement de la petite et de la grande Histoire.