Aller au contenu principal
Le documentaire «Jacques Rozier : d’une vague à l’autre» sélectionné à Cannes

Le documentaire «Jacques Rozier : d’une vague à l’autre» sélectionné à Cannes

Le documentaire «Jacques Rozier : d’une vague à l’autre» d’Emmanuel Barnault est sélectionné au Festival de Cannes 2024 dans la catégorie «Cannes Classics». Cette production déléguée INA, en coproduction avec mk2 Films et la participation de Ciné+, revient sur la carrière singulière du cinéaste, qui a profondément marqué l’histoire de la Nouvelle vague.

 

Par l'INA - Publié le 06.05.2024
 

Jacques Rozier fait ses armes à l’ORTF à la fin des années 50 où il travaille comme assistant pour des fictions réalisées en direct. De là va naitre un goût pour la spontanéité et la liberté qui vont devenir le fil rouge de sa carrière de réalisateur. Dès 1962, il signe son premier long métrage, Adieu Philippine, qui narre l’escapade d’un garçon avant son départ pour le service militaire. Amoureux du cinéma théâtral de Marcel Pagnol, Jacques Rozier tourne avec plusieurs caméras pour laisser les interprètes s’imprégner de leurs personnages, éviter les ellipses et créer une « improvisation contrôlée ». Le style Rozier est né. Un an plus tard, le cinéaste participe au tournage du film Le Mépris, de son ami de Jean-Luc Godard. Il tire de cette expérience deux courts-métrages : Paparazzi, sur les rapports entre Brigitte Bardot et les photographes de presse people italiens, et Le Parti des choses, une étude de la méthode Jean-Luc Godard.

Dans le cinéma de Jacques Rozier, ceux qui fabriquent l’aventure doivent également la vivre. Aussi, le réalisateur n’hésite-t-il pas à impliquer ses équipes lorsqu’il part se perdre dans les montagnes corses seulement accessibles à dos de mule pour Adieu Philippine ou lorsque qu’il s’égare dans la jungle pour les Naufragés de l’Île de la Tortue, son troisième film, sorti en 1974, avec Pierre Richard et Jacques Villeret.

« Ce qui est extraordinaire chez Rozier c’est qu’il ne vous demande pas de jouer, il vous demande d’être. » - Pierre Richard

Le réalisateur compare d’ailleurs le cinéma à l’art de la navigation ou à la cuisine : sur le plateau, il faut s’adapter. Un attachement pour l’expérimentation que l’on retrouve dans les programmes télévisés de Jean-Michel Averty («Les raisins verts»), que Rozier admire, et qu’il explore lui-même dans l’émission «Ni figue, ni raisin» ou dans Nono Nenesse, un projet inachevé tourné en vidéo qui plonge Bernard Ménez et Jacques Villeret dans la peau de bébés en couche culottes.

Avec seulement quatre films en 25 ans, Jacques Rozier se fait rare. Celui qui se définit volontiers comme paresseux est en réalité un travailleur acharné :

Jacques Rozier en 1979 sur le tournage de son court métrage «Marketing mix». Crédits : Laszlo Ruszka.

Jacques Rozier en 1979 sur le tournage de son court métrage «Marketing mix». Crédits : Laszlo Ruszka.

« Le cinéma c’est comme un bateau. Quand on tourne, on est sur le bateau, quand on ne tourne pas, on est sur l’annexe. Si vous aller d’un bateau à un autre, vous mettez beaucoup plus de temps car vous êtes obligé de ramer. » - Jacques Rozier

Décédé le 2 juin 2023 à l’âge de 96 ans, Jacques Rozier laisse derrière lui une filmographie courte qui a profondément marqué l’histoire du cinéma. Adoubé par Jean-Luc Godard et François Truffaut, le réalisateur à la carrière hors-norme s’est démarqué par un cinéma singulier, à la fois fantaisiste et authentique, caractérisé par une liberté totale.

Jacques Rozier : d’une vague à l’autre
Un film d'Emmanuel Barnault
Production déléguée : INA, en coproduction aveu mk2 Films, avec la participation de Ciné+.

À voir au Festival de Cannes 2024 dans la sélection «Cannes Classics»

Actualités

Les actualités de l'INA

Vincent Petit : «Corto Maltese est un personnage nécessaire»
«Nous… Nougaro !», le nouveau concert patrimonial de l'INA
Le documentaire «Jacques Rozier : d’une vague à l’autre» sélectionné à Cannes
«Starsky & Hutch» : deux chevaliers au grand cœur sur madelen
«On pensait qu’il allait revenir» : le témoignage rare de Serge Klarsfeld sur la Shoah
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
Harcèlement scolaire : «On a minimisé la parole des victimes»
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
La République électronique de Dombrance
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»