Aller au contenu principal
La folle histoire de «La cage aux folles»

La folle histoire de «La cage aux folles»

DOCUMENTAIRE - Retour sur l'histoire et le succès hors-normes de la pièce de théâtre «La cage aux folles», sur son adaptation au cinéma et sa renaissance en comédie musicale à Broadway. «Merci Zaza, la folle histoire de La cage aux folles», une production INA à voir sur Paris Première le 30 mai.

Par Benoît Dusanter - Publié le 10.02.2023

Affiche de théâtre de la «Cage aux folles». Crédits : J.M Fonteneau.

Si le duo Michel Serrault-Jean Poiret est aujourd’hui entré dans la mythologie du théâtre de boulevard, l’origine de «La cage aux folles» n’a rien d’une comédie. En 1967, Jean Poiret se rend aux Théâtre des Champs-Élysées à la première de «L’escalier», un drame de Charles Dyer qui raconte le quotidien d’un couple d’homosexuel qui se déchire. Il décide alors d’adapter le « négatif comique » de la pièce. C’est la naissance de «La cage aux folles» avec son compère Michel Serrault.

Avant les premières représentations, Jean Poiret doute du pouvoir comique de sa pièce. À sa sortie en 1973, «La cage aux folles» divise. À cette époque, l'homosexualité est un délit et une partie de l’opinion la condamne moralement. Une autre partie de la population -notamment homosexuelle- crie à la caricature. Le bouche à oreille et l’humour burlesque des comédiens font finalement triompher la pièce.

Un ton décomplexé

À l’issue de la 1300ème représentation, Poiret quitte la pièce d’épuisement. Serrault reste en piste. Après avoir enflammé la scène du Palais Royal, la pièce est adaptée au cinéma par Édouard Molinaro. Aucun producteur français ne croit au projet. À l’écran, Jean Poiret est remplacé par l’acteur transalpin Ugo Tognazzi. Avec 5,5 millions d’entrées, «La cage aux folles» devient le film de l’année 1978 et Michel Serrault décroche le César du meilleur acteur pour son rôle de Zaza Napoli.

Fort de ce succès, Zaza débarque en Amérique. Avec «La cage aux folles», l’Amérique puritaine découvre un sujet audacieux traité sur un ton décomplexé. Avec plus de 8 millions de spectateurs, le film bat un record d’entrée pour une oeuvre en langue étrangère. En 1980, le film est nominé aux Oscars, et la pièce transposée à Broadway. Elle obtient quelques mois plus tard six récompenses dont le prix de la meilleure comédie musicale.

Retour sur une folle histoire française.

« Merci Zaza » : la folle histoire de La cage aux folles
Un film de Christophe Duchiron
Production INA
À voir sur Paris Première le 30 mai 2023.

Affiche de cinéma. 1978.

Michel Fau en speakrine. Crédits : INA.

Christophe Duchiron sur le tournage. Crédits : INA.

Jean Poiret et Michel Serrault dans la «Cage aux folles». 1973.

Equipe de production INA sur le tournage de «Merci zaza». Crédits INA.

Lancer le diaporama : 5 images

Actualités

Les actualités de l'INA

L’INA célèbre la «République électronique» au Trianon à Paris
L'INA dévoile la plus large étude jamais réalisée sur la diffusion du documentaire à la télévision
À quoi ressemblaient les campagnes françaises dans les années 60
Sur Youtube, Mireille Dumas retrouve ses anciens témoins
«Madame est servie», la série qui a inversé les rôles, à voir sur madelen
Festival Présences 2024
Vous savez comment on avortait lorsque c'était interdit : l'INA lance un appel à témoins
Regardez les années 70 en version originale avec la chaîne INA 70
Julie Dachez : «Les médias contribuent à véhiculer cette image de l'autisme comme tare»
«S.P.A.M.», la série qui aide les enseignants et les élèves à décrypter les médias et l’information
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
À la recherche du tombeau perdu de Néfertiti
«Ginette Kolinka : nous n’étions rien», une nouvelle série du podcast «Mémoires de la Shoah»
Hommage à Pierre Richard au festival Au-delà de l’écran de Vincennes
L'INA lance Ardivision, sa première Fast TV
«Duels d’Histoire» : donner aux femmes leur juste place dans l'Histoire
«Le film "Shoah" ne répond pas à la question du pourquoi ?»
Les mots de Georges Kiejman sur la Shoah : «Pardon d’avoir survécu»
«L’étude des oasis nous apporte des solutions pour faire face au réchauffement climatique»
Johnny Hallyday : décryptage d’un symbole de la culture populaire et du patrimoine français
«Le rap a gagné la guerre en devenant la musique populaire par excellence»
Serge Viallet : «Nous sommes des archéologues de l’image»
La République électronique de Dombrance
Le féminisme en ligne est-il un néo-féminisme ?
Léa Veinstein : «Le témoignage de Simone Veil est un combat»