Aller au contenu principal
Comment les Émirats arabes unis ont préparé l’après-pétrole dès 1980

Comment les Émirats arabes unis ont préparé l’après-pétrole dès 1980

Les pays du monde entier ont approuvé mercredi 13 décembre 2023 par consensus à la COP 28 à Dubaï une décision appelant à une «transition» vers l'abandon des énergies fossiles. Par énergie fossile, il faut entendre pétrole, gaz et charbon. La COP 28 a eu lieu à Dubaï, capitale économique des Émirats arabes unis. Le pétrole tient une place forte dans l’économie de cet État fédéral, septième plus grand producteur au monde. Mais face à la disparition programmée de l’or noir, les Émirats tentent de diversifier leur économie, et çe depuis le début des années 1980.

Par Jérémie Gapin - Publié le 04.12.2023 - Mis à jour le 13.12.2023
 

1972 : le pétrole coule à flot à Abou Dabi, l’un des sept émirats des Émirats arabes unis. Conséquence, ce territoire, désertique, s’industrialise très rapidement. Les Émirats arabes unis sont en pleine expansion.

Très vite, un problème de taille se pose : l’or noir a ses limites. Et l’après-pétrole, ça se prépare. C’est ce que font les Émirats depuis plus de 40 ans. 1980, ils veulent diversifier leur économie grâce à la fabrication d’aluminium. « L’après-pétrole, les Émirats veulent aussi qu’il s’ouvre sur l’industrie lourde. Construite à même le sol, cette usine d’aluminium est parmi l’une des plus modernes du monde. »

Aluminium, écologie et tourisme

Pari gagnant. En 2021, les Émirats arabes unis sont les cinquièmes plus grands producteurs d’aluminium au monde. Après l’aluminium, le tourisme, notamment à Dubaï, un autre émirat des Émirats arabes unis. À partir des années 1990, les constructions se multiplient.

Et ce n’est pas tout, pour s’émanciper du pétrole, les Émirats s’engouffrent aussi dans la brèche écologique. Car l’énergie du futur, c’est celle des énergies renouvelables. En 2006, Abu Dhabi a décidé de construire une ville verte, en plein désert : Masdar City. Elle est alimentée exclusivement par le soleil.

Aujourd’hui, le pétrole garde une place forte dans l’économie des Émirats arabes unis, septième plus grand producteur au monde. Mais l’or noir devrait disparaître d'ici à 50 ans environ. Résultat, les Émirats investissent notamment dans l’hydrogène. Le but, devenir l’un des leaders mondiaux d'ici à 2050.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.