Aller au contenu principal
Depuis la loi Veil en 1975, le droit à l’IVG a régulièrement été contesté

Depuis la loi Veil en 1975, le droit à l’IVG a régulièrement été contesté

L'Assemblée s'apprête à nouveau mercredi 24 mars à débattre de l'inscription de l'IVG dans la Constitution en vue d'un Congrès du Parlement début mars. Emmanuel Macron avait indiqué en octobre 2023 que le droit des femmes à l'IVG sera irréversible en 2024. En clair, il sera inscrit dans la Constitution. L’objectif est de se prémunir contre d’éventuelles remises en cause du droit à l’avortement, comme celles observées aux États-Unis.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 29.11.2022 - Mis à jour le 24.01.2024
 

« L’avortement est objectivement un mal. Même légalisé, il demeure une atteinte radicale à la vie humaine. Une œuvre de mort. » Voici les déclarations du cardinal François Marty, le 19 septembre 1975, deux jours après la promulgation de la loi Veil qui légalise l’IVG en France. Soutenu par le Vatican, le cardinal invitait tous les catholiques à remettre en cause ce nouveau droit à l’IVG. Et l’appel fut entendu, en 1979, TF1 suivait une manifestation pro-vie : « De 6000 à 10 000 personnes se sont rassemblées devant le palais Bourbon pour protester contre la loi sur l’avortement. L’avortement est un génocide, un assassinat, pouvait-on lire sur certaines pancartes. » Une initiative du mouvement «Laissez les vivre».

Les militants anti-IVG battaient le pavé pour protester notamment contre le remboursement de l’IVG. Ils étaient parfois rejoints par des élus et représentants politiques. Comme Jean-Marie Le Pen ou, en 1982, François Chollet sénateur de Paris : « Je suis quant à moi profondément hostile à l’avortement. »

Des commandos pour empêcher de pratiquer des avortements

Cette hostilité s'exprimait aussi en dehors des manifestations. Dès les années 90, des commandos anti-IVG débarquèrent en France. Comme à l'hôpital de Lyon, en 1990 : « 8 h ce matin, une vingtaine de personnes pénètrent dans le centre d'orthogénie de l'Hôtel Dieu. Aussitôt ils s'enchaînent dans le bloc opératoire. Nom de leur action : opération sauvetage. Ils se présentent comme des chrétiens de toutes confessions. Des chrétiens qui considèrent l’avortement comme un crime. »

Une tendance tout droit venue des États-Unis où le mouvement pro-vie était déjà très actif. En France, les associations, SOS Tout Petits et La Trêve de Dieu étaient à la manœuvre. Leur mode d’action : bloquer l’accès des établissements pratiquant l’avortement. En 1994, des soignants victimes de ces commandos témoignaient : « Y en a un qui a tordu le bras de l'infirmière responsable », « Ils ont agressé les femmes en leur disant qu’elles étaient des assassins », « Ils nous bloquaient, ils nous empêchaient de rentrer dans les salles d’intervention », « Ils empêchaient les femmes de se présenter là où il fallait pour obtenir leur IVG. »

Des prises de paroles violentes

Face à la multiplication de ces actions, une loi instaura le délit d’entrave à l’avortement en 1993. Mais il en faudra plus pour décourager les anti-IVG. Comme le pédiatre Xavier Dor, fondateur de SOS Tout Petits. En plus de sa participation active aux commandos, ses prises de paroles étaient sans filtre : « Hitler était un petit enfant à côté de nos hommes politiques actuellement. On peut compter sept millions de morts. Hitler a fait moins de morts, nous, on en tue 1 000 par jour. »

Xavier Dor fut plusieurs fois condamné pour ces actions contre l’avortement. Avec le renforcement de la législation en faveur de l’IVG, les commandos disparurent en France, mais pas le mouvement pro-vie. Tous les ans depuis 2005, des manifestations sont organisées à l'initiative des associations. Et dans les cortèges, les slogans n'ont pas changé depuis 1975 et restent pour l’abrogation de la loi Veil.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.